Exposition Marc Chagall au Musée Xaraktikis

Takis KATSOULIDIS à Messénie - ΜΑRC CHAGALL LITHOGRAPHE


Vernissage le 8 Mai  -   Durée de l’Exposition du 8
Μai – 8 Août


Au Musée Xaraktikis Takis Katsoulidis 

Garage 15, Messénie 24200 tél. 27220-24212


Est organisée pour la première fois en Grèce l’exposition originale lithographique de l’artiste de renommée mondiale Marc Chagall. Les 28 exceptionnelles lithographies en couleur de l'artiste représentent une grande partie des thèmes qui proviennent de la Bibliothèque nationale de France (BNF).

L'exposition a été organisée par l'historien d'art Eurydice Trichon Milsani


Marc Chagall (1887-1985) est né en Russie dans la petite, mais légendaire, ville de Vitebsk. Il a passé la plus grande partie de sa vie en France et est sans aucun doute l’un des plus grands artistes du 20e siècle.

Il a eu la chance de vivre une longue et prospère vie et a abordé toutes sortes de créations artistiques pendant environ quatre-vingts ans.

Grand peintre et dessinateur, graveur, dessinateur, créateur de vitraux, de mosaïques et céramiques, illustrateur de la Bible, des épopées et des mythes anciens, il a développé un style très personnel en marge des écoles et de l'idéologie de la modernité. Son art du récit agréable, plein de formes emblématiques, est un enseignement et une révélation du monde dont l'explosion lyrique nous parle de la joie de vivre.

Chagall aimait passionnément sa ville, ses habitudes et les caractéristiques de son peuple. Les quartiers juifs, les professionnels humbles, les paysans, les rabbins, les amoureux de Vitebsk sont autant de thèmes qui le préoccupèrent et contribuèrent à forger son identité artistique.

En 1910 il arrive avec Leon Buxton à Paris, déménage de Ruche pour Montparnasse et se lie d'amitié avec les poètes et les peintres modernes.


En 1914, il se trouve une fois de plus en Russie où les événements le retiennent jusqu'en 1922. Il participe à la fièvre révolutionnaire. En conflit avec Malevitch et les suprématistes, il décide de retourner en France en passant par Berlin, une ville dont tradition dans les arts graphiques imite la gravure et la lithographie. Ces techniques correspondent à son imagination débordante et à sa conception et de la virtuosité.


Sa première création dans la gravure est illustrée dans le livre « Ma vie ». « Je suis sûr que Rembrandt aurait été content de moi! » écrit-il.

En 1930, Vollard lui demande d'illustrer la « Bible ». Il se rend en Israël où il découvre le plaisir des lieux de l'histoire juive. Après son voyage en Israël, Chagall décrit la Bible « comme la plus grande source de poésie de tous les temps » et dès lors il dit avoir « cherché ce reflet dans la vie et dans l’art ». Commence alors pour Chagall une nouvelle ère de création artistique. Dorénavant, il consacre son travail à la thématique biblique traduisant l’Écriture Sainte d’abord en gouaches puis en gravures. Ce travail monumental est à l’origine du Message biblique qui propose un cycle décoratif relatant l’histoire biblique, terminé en 1966. Chagall en fait don à l’Etat français, qui, au grand bonheur de Chagall, l’expose au Louvre avant d’inaugurer en 1973 le Musée National du message biblique à Nice, en présence d'André Malraux.

En période de guerre mondiale, aux Etats-Unis, il illustre les « Mille et Une Nuits ». De retour en France il travaille avec l'éditeur grec Teriant-Strati Eleftheriadi pour faire sa plus importante lithographie qui débute avec « la Photo de l'Ancien Testament » pour le magazine Verve et plus tard, après avoir connu et être tombé amoureux de la Grèce avec « Daphnis et Chloé » en 1961, « l'histoire de l'Exode » en 1966, et « l'Odyssée » en 1975.

A partir de 1948 à Paris, il travaille avec Fernand Mourlot, imprimeur novateur qui a imprimé la plupart des chefs-d'œuvre lithographiques de Chagall. Cette même année, il reçoit le Grand Prix de gravure à la Biennale de Venise. Il travaille alors sans relâche, avec enthousiasme et force mentale jusqu’à la fin de sa vie. Il donne son dernier souffle de travail sur une lithographie le 28 Mars 1985.


Sur sa relation avec la gravure, il a écrit : «En tenant une pierre lithographique ou une plaque de cuivre, je croyais toucher un talisman. En elles, il me semblait que je pouvais placer toutes mes tristesses, toutes mes joies... Tout ce qui, au cours des ans, a traversé ma vie. »


chagall



COURSE OLYMPIENNE 2010

aethlios1Ancienne Nemée - Olympie
180 Km – 28 h
Départ : Ancien Stade de Nemée
Vendredi 28 Mai 2010 à 14 h 30
Arrivée : Ancien Stade d’Olympie
Samedi 29 Mai 2010 à 18 h 30
Un rendez-vous avec le Mythe, l’Histoire, la Nature, l’Hospitalité . . .

Aethlios est une association  internationale de cours ultra, à but  non-lucratif  créé à Athènes en 2002 par un groupe de personnes aimant le sport et la culture helléniques, dont l’objectif est d’organiser des courses de type trail et de mettre en valeur les sites et les monuments de l’art grec.

Dans la solitude des champs de coton, de Bernard-Marie Koltés

Dans la solitude des champs de coton met en scène un dealer et un client, un noir et un blanc dans une situation de deal. Le dealer sait que le client désire - est dépendant de - quelque chose qu'il (le dealer) peut lui offrir. Il est cependant dépendant lui aussi du désir du client. L'un et l'autre deviennent inséparables :

« Et la seule frontière qui existe est celle entre l'acheteur et le vendeur, mais incertaine, tous deux possédant le désir et l'objet du désir, à la fois creux et saillie, avec moins d'injustice encore qu'il y a à être mâle ou femelle parmi les hommes ou les animaux ».
D'où l'analyse intéressante de Koltès sur les rapports commerciaux et le marché en général. Plus encore, le rapport humain en général est réduit à un marché entre deux protagonistes. Koltès multiplie les couples d'opposition (dealer/client, homme/animal, mâle/femelle, blanc/noir…). À l'intérieur de ces couples, un seul rapport est possible : le deal. Le deal se fait alors matrice, tendeur de toute l'action de la pièce. Il sous-entend alors rapports de séduction, d'intimidation, de confrontations sourdes.

La pièce sera présentée la nuit sur la petite scène du théâtre CHORA. Chaque vendredi et samedi à 00h00 du 16 avril au 8 mai.
Prix des billets : 15 euros / 10 euros pour les étudiants.
Durée : 1 heure.

Traduction : Dimitris Dimitriadis
Mise en scène : Anestis Azas
Scénographie / Costumes : Hélène Stroulia
Assistante : Panagiota Konstantinakou
Lumière : Anestis Azas - Hélène Stroulia
Assistant mise en scène : Zaïra Falira
Photographies : Christos – Stavros Vlachakis
Distribution :
-Le dealer : Aris Tsampalikas
-Le client : Stathis Kokkoris 

cotton-fields-poster

Exposition photographique :

« Faces from the Mediterranean »

al_mesogeios_1

Organisation
Le Réseau National de la Fondation Anna Lindh de Bulgarie, Croatie, Chypre, Grèce, Liban et Monténegro.

Lieux :
Athènes, Beyrouth, Nicosie, Podgorica, Belogradchik, Zagreb.

Seize photographes de six pays méditerranéens se rencontrent dans l’exposition Faces from the Mediterranean et présentent à travers leur travail, des visages, des endroits, des scènes de la vie de tous les jours, des monuments et des traditions communs à toute la méditerranée et à son héritage.

Les photographes sont : : Ivan Debelushin, Tsvetan Chetashki, Dora Tamari-Tutnjevic, Nino Rasic, Maria Kusanovic, Eleni  Fotiou, Petra Slobodnjak, Maja Maric, Νikos Filippou, Sebastijan Radakovic, Zorana Martinic, Rima Maroun, Anka Gardašević, Duško Miljanić, Ivan Knežević και Petar Vujović.

L’exposition sera simultanément visible dans six villes : Athènes, Beyrouth, Nicosie, Podgorica, Belogradchik, Zagreb sur l’initiative de la Fondation Anna Lindh pour le dialogue interculturel dans la région euro-méditerranéenne.

A Athènes, l’exposition tiendra place au Palio Scholeio à Plaka (Stoa Attalou) du 24 avril au 9 mai 2010. La Fondation Hellénique pour la Culture a été nommée à la tête du Réseau National de la Fondation Anna Lindh en Grèce et gère l’organisation de l’exposition en collaboration avec le Centre International de Recherche pour les Etudes de la Mer Noire.

Le but de l’exposition est de présenter les lieux, leurs cultures et leurs héritages à la lumière de leurs points communs dans leur rapport à “l’autre”, en invitant le public à s’arrêter et à réfléchir sur le message de la photo et, avec une absence délibérée d’étiquette, à s’interroger sur ses origines.

Dans l’esprit de la vision d’Anna Lindh, ce projet commun à six pays méditerranéens aspire à améliorer les perceptions, à célébrer les cultures et à déconstruire les stéréotypes de la méditerranée du sud et du sud-est de l’Europe afin de promouvoir la cohésion sociale. Ce n’est déjà pas un effort passif que de chercher à accomplir son objectif par un simple processus interactif où il sera demandé aux visiteurs d’écrire leurs impressions sur des carnets ou des tableaux, par leurs sentiments, à travers l’idée qu’ils se font du lieu où a été prise chaque photo.

Nous partons de la réalité communément acquise qu’il y a un très grand manque de connaissance culturelle et de compréhension des peuples méditerranéens envers leurs voisins et spécialement pour les immigrés de la zone euro-méditerranéenne. Une ignorance qui mène à de mauvaises perceptions, encourageant les préjudices et les stéréotypes, souvent à l’origine d’événements tragiques, et notamment de violentes réactions envers les immigrés. En réaction à ça, le projet mènera ces peuples à faire face à leurs voisins, en leur donnant l’opportunité de visualiser, de comprendre et d’apprendre “l’autre”. Visant plus particulièrement les jeunes, l’exposition cherche à provoquer des réponses et à les encourager à participer activement à un dialogue créatif avec la jeunesse de l’autre côté de la barrière, que ce soit dans leur pays ou ailleurs.

Voir la vidéo : http://vimeo.com/10975716

Au Palio Scholeio
13 rue Vryssakiou, Stoa Attalou, Plaka 
Tel : 210 89 75 056
De lundi à vendredi : de 17h00 à 21h00
De Samedi à Dimanche : de 11h00 à 20h00

Fondation Hellénique pour la Culture
50 Stratigou Kallari st., 154 52, Psychiko, Athens
Tel: 210- 6776540-7, Fax: 210-6725826
http://www.hfc.gr e-mail: info@hfc.gr